29/05/2013

Cassandre

 

(Encore) Un vieux projet qui renaît.
Condensé de douleurs infernales que je crache sur la toile aujourd’hui.
Culpabilité morbide. Terreurs d’abandon. Confusion. Fantasmes. Néant.
Souffrance qui exacerbe mes sens et qui nourrit ma créativité … Créativité, cette sangsue qui se repait de tout ce qui me fait mal.

Le mythe de cassandre revisité … un homme qui se déguise en clown et une jeune femme sur laquelle il fantasme la rédemption du mal qu’il a fait à sa propre fille.

Extraits ...

 

Scène 2. Intérieur Nuit – Taxi


Le soir. Mathieu hèle un taxi.

Mathieu :

-       L’hôpital !

-       Dépêchez-vous, je suis pressé !

A l’arrière du taxi, Mathieu commence à se déshabiller. Le chauffeur l’observe dans le rétroviseur et remarque son air inquiet.

Mathieu ouvre un grand sac de sport et en sort des vêtements grotesques, aux couleurs vives, qu’il commence à enfiler. Mathieu remarque que le chauffeur l’observe.

-       Je dois vous sembler un drôle de type, non ? 

Le chauffeur détourne le regard
Mathieu :

-       Un gars qui s’habille en clown dans un taxi …

-       Ça ne doit pas vous arriver souvent, hein ?

Mathieu continue à se déguiser puis se maquille de blanc.

      -       Ca fait cinq ans que je fais ça …
      -     Belle illusion d'être à l'abri des autres
      -       Et pourtant je suis invulnérable comme ça … simplement en me déguisant.

Mathieu rit sarcastiquement. 
        -       N’importe quoi, hein ?!

Il pose un petit chapeau melon sur la tête et enfile un nez de clown.

Mathieu :

-       C’est la seule façon que j’ai trouvé pour me protéger d’elle, vous vous rendez compte !

-       La seule façon de croire qu’elle ne me jettera pas !

-       Et elle a raison, vous savez, de me haïr !

-       Après tout ce que je lui ai fait !

Le chauffeur dépose Mathieu à l’entrée de l’hôpital.

Mathieu regarde dans la direction d’une fenêtre du grand bâtiment, plus éclairée que les autres … Ses yeux coulent

Mathieu (voix off, texte en bandeau):

-       Merde, ça sert à rien tout ça … Tes yeux voient plus loin que les apparences !

-       Tu as le pouvoir de tout faire de moi … m’envahir, me pénétrer, m’anéantir …  A ta guise !

 

Scène 3. Intérieur Nuit. Hôpital.

Mathieu arrive dans le service psychiatrique. Il pousse la porte d’une chambre. Une jeune fille de douze ans, Carine, couchée dans un grand lit, le regarde sans rien dire. 

Mathieu (mielleux, arborant un sourire forcé)

-       Coucou toi … je suis venu aussi vite que possible tu sais …

Carine reste impassible.

Voix-off (la mère de Carine)

-       Allez Carine ! Dis bonjour à « Monsieur Clown » !

Carine :

-       Arrête, Maman !

Mathieu s’approche de Carine et lui prend la main. La mère de Carine, assise dans la pénombre d’un coin de la chambre, l’air terrorisé :

-       Allez !!! Montre-lui ton dessin !

Silencieusement, Carine lui tend une feuille de papier. C’est un dessin qui représente une petite fille assise à l’arrière d’un colosse sur un cheval blanc qui fuit au galop.

Mathieu (à Carine) :

  -          C’est toi la petite fille sur le dessin ?

Carine acquiesce.
Mathieu :

-       Et le géant à côté ?


Carine :

       -      C’est mon Prince ! Il vient souvent me voir ici pour le moment, tu sais. Presque toutes les nuits.-       Il est gentil. Il m’a même donné un cadeau la dernière fois qu’on s’est vu

Mathieu regarde la mère, qui semble complètement désespérée.

Carine :

-       C’est pour ça que je t'ai fait ce dessin !

La mère (hurlant)

-       Et lui alors ?

-       Monsieur Clown ...

-       Tu n’es pas bien avec lui ?

-       Il s’est tellement occupé de toi, tu ne peux pas le laisser tomber, quand même !

-       Tu m’entends Carine !

Gros plan sur le visage de Mathieu, très triste.
Carine (en voix off, s’adressant à Mathieu)

-       C’est pas la même chose, Mr Clown !

-       Je t’aime bien tu sais

-       Mais toi, tu n’es pas mon Prince. 

 

 

 

 

18:55 Écrit par Olivier dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |